BATTLE REPORT TOURNOI GREIF 2021 !
BATTLE REPORT TOURNOI GREIF 2021 !

Greif 2021 ! Après un an d’interruption forcée, les tournois sont de retour ! Pour terminer!! L’envie de revoir de vieux amis et de dépoussiérer les miniatures est grande. Ainsi, bien que l’été soit la période de l’année où je suis le plus occupé, je parviens à me réserver deux jours pour participer au tournoi. Mon aventure commence le vendredi après-midi lorsque je quitte la grotte, le refuge et le mont Fenera : tout de suite après le déjeuner je prends le chemin pour aller chercher la voiture (non je ne suis pas ermite, c’est parce que mon métier d’archéologue m’emmène à travail dans des lieux et conditions “spéciales…), puis un sprint à Turin pour récupérer mon Armée et le bon Bruno Patella qui me tiendra compagnie pendant le trajet jusqu’à Vérone. En arrivant à Vérone dans la nuit, nous rencontrons Andrea, un autre garçon du groupe Micca qui a eu le bon cœur et la persévérance de nous trouver un logement pour la nuit. Après un sommeil revigorant (pour moi le premier dans un vrai lit après deux semaines !) nous montons tous les trois dans la voiture prêts à rejoindre le lieu du tournoi. Le lieu choisi par Luca Dune Garlaschi est à la hauteur de nos attentes les plus folles : bonne bière, bonne bouffe, personnel sympathique et entièrement climatisé ! Après presque un an, je peux revoir tous les vieux amis de Dust !! Le tournoi a attiré tout le noyau dur de la communauté ! Bref, je trouve plein de gens avec qui on commence tout de suite à parler des règles, des nouvelles pièces du tournoi et à quel point absolument tout le monde s’inquiète de la possibilité de se retrouver face aux nouveaux méga robots japonais ! Pendant ce temps le bon Caz (en ingénieur qualifié) projette sur le méga écran toutes les données statistiques sur la composition des armées des participants au tournoi : à mon grand regret je découvre que personne n’a fait venir les Marines ! Quelle tragédie, ils sont mon armée préférée (à mon avis l’une des plus fortes du jeu) et je les ai trahis pour les Russian Steel Guard Cans. Je me promets de ne plus les abandonner ! Mais le temps de préparer l’armée était court et les miniatures des bidons sont infiniment inférieures à celles des marines.

Sur grand écran apparaissent les appariements pour le premier match du tournoi, j’ai très mal passé… mon premier adversaire est Max G. ! En bon piémontais, Max est un membre honoraire du groupe Micca, mais plus important encore, il est un joueur mortel et son armée NDAK avec la force du nombre peut sérieusement mettre mon Steel Guard en difficulté. Le jeu est très serré, mes quelques unités disparaissent dans la masse des soldats maudits du NDAK ! Max classe tout (piles d’infanterie, anti-aérien, anti-char et un bon nombre de mortiers) et aussi bon. Cependant, s’il a le pouvoir du nombre, j’ai les super canettes Steel Guard, je peux toujours compter sur leurs jets de sauvegarde améliorés et leur puissance de feu dévastatrice à courte portée ! À la fin du troisième tour, nous nous retrouvons tous les deux avec les armées décimées et à la fin, Max a une négligence et m’accorde une victoire en sueur. Bon mais pas très bien, la victoire de la première journée du tournoi est compromise mais qu’importe ! Je me suis éclaté avec Max, j’ai dépoussiéré les figurines et j’ai joué à un jeu vraiment épique !

C’est l’heure du déjeuner, alors avec Max, Bruno, Andrea et Matteo (tous les Miccas qui ont assisté à l’événement) nous prenons une table et dégustons l’excellente cuisine et surtout l’excellente bière locale ! Max et moi faisons la paix entre le bloc soviétique et l’axe en partageant fraternellement une bonne assiette de frites ! Puis un bon café mais je n’ai pas le temps pour mon habituel demi-repas toscan en fin de repas qui nous rappelle à l’ordre, nous sommes en retard sur l’horaire, donc, une pause déjeuner écourtée !! Le tableau d’affichage m’indique que je devrai jouer le deuxième match avec le patron de l’événement : Luca Garlaschi, et que je devrai affronter ses Allemands Blutkreuz. La carte prévoit une course désespérée des deux armées vers une maison au bas de la carte ! Le premier qui contrôle exclusivement la maison gagne ! Le jeu est décidé au premier tour, Luca essaie de m’entraîner dans une bataille en bas de la carte afin de tirer le meilleur parti de ses équipes de gorilles équipées de charge et de flammfaust. Je ne mords pas à l’hameçon et bien que l’indifférence me coûte la perte de quelques équipes importantes, je « cours » vers la maison tandis que mon hélicoptère emmène une équipe directement au dessus de la cible ! Le deuxième tour s’ouvre avec mon escouade de combat rapproché brûlant ses roquettes et se déplaçant dans la maison, donc le jeu est à moi ! Bref, même Karl le Marteau entre dans la maison et avec l’aide de l’équipe aéroportée j’arrive à fermer tous les accès disponibles du côté de Luca. Pendant ce temps, à l’extérieur, Guai-lo et son escouade anti-infanterie font leur travail en semant le chaos parmi les rangs ennemis. Victoire primaire et enfin je peux fumer ma moitié toscane ! S’ensuit la remise des prix aux vainqueurs du premier jour du tournoi puis un bon dîner à base de viandes grillées et le tout au lit !

Le lendemain matin vers 10h nous sommes prêts à continuer le tournoi ! La roulette des paires recommence et cette fois le sort est clément. Je suis jumelé à Gaetano Grande du groupe Black Sheep de Rome, il joue la Luftwaffe. Pour être honnête, parmi toutes les armées possibles, l’armée qui pose le moins de problèmes à mes bidons joue ! Les Steel Guards sont super résistants et ultra-dévastateurs s’ils sont à courte portée mais ont la même mobilité qu’un bloc en fonte. En revanche, la particularité de la Luftwaffe réside dans le fait de pouvoir sauter en parachute à bout portant et d’attaquer l’ennemi avec une montagne de dés ! Mais contre l’armure de rang 4 des bidons, la montagne de dés se transforme en monticule et grâce à mon double jet de sauvegarde ses attaques en profondeur font très peu de dégâts ! Bref, je prends le contrôle du camp retranché et la partie est finie ! Cependant, ce match était aussi très amusant et relaxant ! Alors comme d’habitude avec les garçons du Black Sheep à Rome on s’amuse beaucoup !!

Nous sommes à la fin ! Trois parties et trois victoires… deux primaires et une secondaire ! Mais maintenant il est temps de manger, un autre déjeuner copieux en compagnie des garçons du Mouton Noir et du Bivouac, la bière et la viande grillée commencent à m’essayer ! Mais après un bon cigare en fin de repas, je suis prêt pour mon dernier match… contre Freeman du Bivouac ! Russes contre Russes, Steel Guard contre KV47 un duel épique ! Sur le papier la bataille s’annonce très équilibrée, ses KV47 armés de lance-flammes peuvent vraiment faire mal à mes équipes ! D’un autre côté, si mes équipes ne meurent pas instantanément, elles peuvent vraiment blesser les KV47 aéroportés ! La tension au début du jeu est coupée au couteau, Freeman est un grand joueur et pose les morceaux avec esprit et efficacité tactique ! Mais tu ne peux pas contrôler ton cul ! Ses KV47 atterrissent et : soit ils ne s’activent pas, soit ils font très peu de dégâts ! Pour ma part, je sauve pratiquement tout alors que le bon Freeman ne sauve même pas la moitié des dégâts. La malchance coule puissamment dans ses veines ! Malgré tout, le jeu est hyper serré, Freeman se bat comme un lion mais contre la malchance il n’y a pas de remède et à la fin il est obligé d’abandonner le terrain !! Fin très sympa et amusante et avec moins de malchance du côté du bon Freeman ça aurait pu se terminer tout à fait différemment ! En tout cas, première victoire pour moi ! Ce qui me fait sauter au sommet du classement du tournoi !

C’était deux jours formidables ! J’ai rencontré beaucoup d’amis et rencontré beaucoup de nouveaux plumeaux ! L’année a été difficile et j’espère vous revoir le plus tôt possible ! Remerciements particuliers à Giulio Cazzoli et Luca Dune Garlaschi pour la gestion du tournoi et salutations chaleureuses à tous les participants et en particulier à Max, Andrea L., Giorgio (avec ses redoutables gorilles), Freeman (et un grand merci pour sa malchance), Adriano, Barbara, Jacopo, Matteo, Bruno, Andrea, Marco, Claudio et aux joueurs luxembourgeois, à tous les autres dont je ne me souviens pas des noms pour le moment… (désolé mais je suis vieux pour certaines choses… !)

This post is also available in: English (Anglais) Español (Espagnol) Italiano (Italien)